The Family : la grande famille des growth hackers

Interview de Hugo Amsellem, Alchemist à The Family

Publié le 26/03/2015 à 16:38 par - Mis à jour le 24/02/2016 à 11:44

Il y a quelques mois, j’ai découvert un nouveau métier, le Growth Hacking. Un métier, ou plutôt une compétence, qui se développe à toute vitesse dans les startups. L’objectif du growth hacker : générer de la visite, du chiffre d’affaire, du CRM, des utilisateurs, puis les fidéliser, adapter le développement produit aux besoins des utilisateurs. Tout cela à coût zéro ou presque. Vous me direz, rien de nouveau, c’est du marketing acquisition. Oui, mais pas tout à fait. Ce qui diffère, c’est l’esprit derrière la « job description ». Cela m’a fait penser à un webmaster des années 2000, un peu développeur, un peu designer, un peu marketeur, un peu chez de projet ; mais sous stéroïdes. J’ai découvert The Family et ses conférences de très grande qualité et je ne saurais trop vous conseiller d’aller regarder de près ce qu’ils font.

Ma conviction c’est que les grandes entreprises auraient bien tort de ne pas s’inspirer des pratiques de growth hacking. Hugo Amsellem, qui organise les conférences et workshops à The Family a bien voulu répondre à mes questions. Je suis sûre que cette interview vous convaincra bien vite de mettre du growth hacking dans votre marketing acquisition.

Bonjour Hugo, peux-tu te présenter et nous dire en quelques mots en quoi consiste The Family et ce que tu y fais ?

The Family est une société privée d’investissement qui développe une infrastructure complète de l’éducation des entrepreneurs jusqu’à la sortie des startups. Moi, là-dedans, je suis alchimiste. Plus sérieusement je m’occupe de faire venir le plus de gens cool possible parler de leur expérience sur des sujets tels que le design, le growth hacking, le hardware. L’audience de ces rendez-vous réguliers est principalement composée de startups founders. Le but est de drastiquement augmenter le niveau moyen d’éducation en faisant venir des speakers qui sont le plus proche possible du produit et aussi le plus possible de speakers US 🙂 Et comme on filme toutes les interventions, ça nous permet de « scaler » l’éducation de l’écosystème.

Retrouvez toutes les vidéos des events The Family sur Youtube : StartupFood

Tu organises tous les mois un meetup nommé « Growth Hacking Paris ». De quoi y parle t’on et est-ce seulement ouvert aux startups ?

C’est ouvert à tout le monde, mais les sujets que l’on y traite, et les speakers que l’on y fait intervenir, sont orientés startups à fond. Si ça intéresse d’autres personnes tant mieux, mais ici on parle acquisition de nouveaux utilisateurs à faible cout, le tout à partir du produit. Sujets qui résonnent auprès des startupers qui cherchent des techniques pour trouver une viralité inhérente à leur produit, le tout en dépensant le moins d’argent mais le plus d’énergie efficiente de cerveau 🙂

S’inscrire aux meetups Growth Hacking Paris

On parle beaucoup de Growth Hacking en ce moment. Est-ce un simple Buzzword ou quelque chose de nouveau ?

C’est honnêtement un buzzword, mais qui créé de la valeur. Pourquoi ? Parce qu’il a cristallisé à la fois des ressources, des techniques, un mindset mais aussi l’attention et le focus de nombreux founders autour d’un terme. Ça a fait gagner beaucoup de temps à de nombreuses personnes, puisqu’on comprend désormais en quoi le marketing startups diffère du marketing comme le ferait des entreprises ayant déjà trouvé leur business model.

Quel est selon toi le profil type du Growth Hacker ?

Un type (ou une typette 🙂 avec une curiosité et une learning curve incroyable. Le Growth Hacking ce n’est pas un état, c’est un mouvement. Ce n’est pas pas « je SUIS Growth Hacker », c’est « je devient Growth Hacker », continuellement. Ce mindset de Hack, s’il est fondamentalement présent dans la personnalité d’une personne, fera le reste. Il fera sa capacité à aller tester, s’inspirer, créer, copier, apprendre à coder les quelques scripts js, et à la fin, fera sa capacité à rester 10% en avance sur les autres et donc 90% plus efficace 🙂

Comment fait-on si l’on veut recruter un Growth Hacker ?

On rencontre le plus de personnes possible, on suit son intuition sur la capacité de la personne à avoir le mindset et on préfère quelqu’un qui code un minimum JS/front. Aux US, quand on recrute un Growth Hacker, le potentiel n’existe pas, seul le track record existe. En France, personne n’a de track record de Growth Hacker, ou alors très très peu. Alors on est obligé de regarder le potentiel, et c’est très incertain comme science 🙂

Comment vois-tu le futur du Growth Hacking ?

Aux US je le vois comme une science dont l’accès devient une commodité et aussi comme une course d’autant plus violente qu’elle va se cantonner au final à l’excellence du produit sur laquelle elle se base. Après ce focus extrême sur le Growth Hacking et le mindset associé, on se retourne petit à petit vers le Care Hacking, c’est à dire essayer de comprendre la chose la plus intime entre le produit et ses premiers users. A partir de là on peut parler de Growth, mais pas avant. Et en France, 99% des startups en sont à cette étape.

Un grand merci à Hugo pour ses réponses.

Retrouvez-le sur son compte Twitter ou le site de The Family.

Je vous conseille également la lecture de cet excellent article qui résume bien ce qu’est The Family : The Family, une structure où les start-ups grandissent et se différencient

Le Growth Hacking par l’exemple

J’ai eu le plaisir de donner à novembre dernier une conférence à Growth Hacking Paris dont le thème était : Growth Hacker le Social Media. Vous le verrez, derrière le buzzword il y a une vraie démarche nouvelle autour du marketing acquisition, qui devrait tous guider nos pas pour 2015 et au delà.

Partagez sur les réseaux

 

0 Commentaire (s)