AdExchange sur iAd : une bonne nouvelle pour le marketing mobile !

On pourra bientôt cibler à coût réduit les 600 millions d’utilisateurs iTunes via l’Ad Exchange de l’iAd. Baisse des coûts d’acquisition mobile en vue

Publié le 20/11/2014 à 12:10 par - Mis à jour le 11/08/2016 à 20:15

Lancé en grande pompe en 2010, le produit publicitaire mobile d’Apple n’a jamais vraiment décollé. En cause : des conditions drastiques au lancement obligeant l’annonceur à passer par le studio de création d’Apple, le manque d’outils de suivi disponibles et le montant minimal de campagne d’1 million de dollars. Un paille…

Une autre limitation qui a très clairement freiné le développement d’iAd, c’est l’obligation de traiter en direct avec les équipes d’Apple, alors que la majorité des annonceurs sous-traitent le plus souvent leurs plans marketing à des agences qui gèrent pour eux la relation chronophage avec les plateformes.

4 ans plus tard, le nombre d’éditeurs d’applis mobiles ayant conscrit un contrat de régie chez Apple ne dépasse pas les 250 000 dans le monde. Même il s’agit le plus souvent de supports de grande qualité, les parts de marché de la régie iAd sont très faibles : moins de 3% du CA total de la publicité mobile dans le monde. Résultat : beaucoup d’emplacements restent vides, ce qui ne fait pas les affaires des éditeurs qui ne se bousculent pas au portillon. Et c’est bien insuffisant pour les ambitions du géant américain.

Mais cela pourrait changer très bientôt. En effet, Rubicon Project a annoncé qu’un accord venait d’être signé avec Apple pour la mise en place d’une plateforme de RTB. C’est une très bonne nouvelle pour les annonceurs, car avec ses supports de qualité, ses utilisateurs iTunes à haut revenu, ses 400 critères de ciblage et ses options de retargeting, Apple est une régie on ne peut plus attractive…

A l’heure où les marketeurs cherchent à présent des leviers pour générer du téléchargement de qualité tout en conservant un CPI convenable, iAd va se révéler très intéressant, même pour les petits budgets, et constituer une vraie alternative aux Facebook et Twitter Ads qui montaient fortement en puissance ces derniers mois dans les plans marketing.

C’est un revanche une moins bonne nouvelle pour les sites support, qui vont certes augmenter leur inventaire, mais voir dans le même temps baisser drastiquement leur CPM moyen. Pas sûr qu’ils s’y retrouvent tant que ça…

Partagez sur les réseaux

 

0 Commentaire (s)